Création d’une « plage » et d’un bassin à Port Gitana

Données du projet

En collaboration avec Jean Marc Nusbaumer – Le Collectif sàrl  ingénieurs civils

Maîtrise d’ouvrage :
Etat de Genève
Commune de Bellevue

Localisation :
Bellevue, Genève

Date :
2006-2009

Mandat :
Mandat direct

Programme :
Création d’un bassin de baignade pour les enfants.
Aménagement de la rive, enrochement, gradins, plate-bande engazonnée et extension du port

Surface aménagée :
surface totale : 1’170 m2
bassin : 250 m2
diamètre interne du bassin : 14.40 m

Photographies :
©Nicolas Deville

Au printemps 2006, répondant à l’attente des habitants, l’Etat de Genève et la Commune de Bellevue mandatent ADA° architectes pour développer un projet de plage à Port Gitana. Prévue au nord de la jetée, cette plage destinée aux jeunes enfants et aux adultes, permet la création d’un nouvel accès public vers le lac. Néanmoins l’exposition de la plage à la bise, aux vagues et aux courants, révèle rapidement la fragilité de cette idée.
ADA° proposent alors de bâtir un enclos circulaire pour éviter la dispersion du gravier dans le lac. Quand un enfant, formant un récipient avec ses mains ramasse une poignée de sable trempé, l’eau s’écoule entre les doigts et le sable reste. Cette image fonde le projet. ADA° imagine alors pour « contenir » la plage de disposer en cercle d’énormes dalles de basalte autour d’un bassin. Cet assemblage, semblant flotter sur l’eau, telle une bouée géante, rappelle les jeux de construction de notre enfance. L’écartement entre les pierres permet le renouvellement naturel de l’eau. Le baigneur accède au bassin en descendant les gradins d’un amphithéâtre de calcaire et de basalte. Le projet rappelle aussi les enceintes celtiques, hiératiques et mystérieuses, la « Spiral Jetty » de Robert Smithson, « sculpture lieu » développant sa spirale de galets dans les eaux roses du Grand Lac Salé (Utah) ou encore les agencements circulaires en pierres de Richard Long, sculptures inspirées du mouvement du randonneur et de sa trace laissée dans le paysage.
Les enrochements et le bassin assemblent et opposent deux types de roches : le calcaire beige-doré et le basalte gris bleuté. Les origines géologico-aquatiques du calcaire et du basalte donnent ainsi du sens au projet, leur formation géologique étant intimement liée à l’eau.
Enfin, par sa forme et le choix des pierres débitées en blocs cyclopéens, le projet de Port Gitana nous parle aussi de la pérennité, de la stabilité et de l’immobilité de la forme face au mouvement toujours changeant et fluide de l’eau ; affirmant ainsi son caractère intemporel.