Bastion Saint Antoine – mise en valeur du site archéologique et aménagement   |    6ème prix

Données du projet

Maîtrise d’ouvrage :
Ville de Genève

Localisation :
Bastion Saint Antoine, Genève

Date :
2016

Mandat :
Concours ouvert (91 projets rendus)

6ème prix

Programme :
Entrée, accueil, vestiaires, salle de médiation, salle des vestiges, sanitaires, local nettoyage, local technique, 
Aménagement de l’espace urbain

Status :
Non construit

Surface brute :
-construite : 1’260 m2 
-aménagement espace public : 3’406 m2

 

Afin d’abriter et de mettre en valeur la totalité des vestiges découverts nous avons opté pour une surélévation du bastion. L’histoire montre que de tous temps les ouvrages de fortifications ont été transformés, déplacés, surélevés, etc. pour s’adapter à l’évolution des techniques militaires. L’intégration du nouvel espace muséal dans la topographie du bastion écarte la tentation d’ajouter un monument dans un contexte déjà richement doté.
Ce concept de surélévation permet de redonner la totalité de la surface du bastion à l’espace public. L’esplanade surélevée affirme son rôle de « balcon urbain » en se plaçant au niveau de la promenade de l’Observatoire.
Ainsi, l’esplanade du bastion prolonge la promenade de St. Antoine – extension de l’arborisation, même traitement de sol, « absorption » de la rue Charles Galland, etc. Le principe renforce le caractère et l’unité de cet espace intra-muros comme lieu de transition entre la vieille ville et les quartiers fazistes. Au nord du bastion, la partie élevée plate et dégagée, ouvre des vue nouvelles sur le paysage. L’aménagement de l’esplanade est pensé comme une sorte de « plage » en ville, plage au sens d’espace, d’entre deux, d’intervalle. A l’ombre des arbres,  des « sofas urbains »  sont disposés de façon aléatoire invitant à une appropriation nouvelle du lieu.
La salle des vestiges, d’un seul tenant, est baignée d’une lumière douce filtrée par le claustra en brique de terre cuite ceinturant l’espace. L’accès en balcon sur la salle offre une vue étendue sur la globalité des vestiges.  Le caractère de la salle est fortement marqué par la présence des murs historiques et des vestiges dialoguant avec les nouvelles constructions
La mise en œuvre respecte les concepts de lisibilité et de réversibilité de la partie ajoutée. Le raccord entre les parties ancienne et nouvelle est traité soit par un vide soit par un joint creux. La couverture de l’espace des vestiges est assurée par une dalle alvéolaire en béton armé. Celle-ci forme un système de «champignons » liés aux piliers fondés dans les secteurs autorisés. Elle  ne touche pas le mur du bastion. Les revêtements de l’esplanade en gravier stabilisé et en béton désactivé, les murs, les colonnes et les dalles en béton adoptent une teinte unique « beige sable » identique à la couche de finition de l’esplanade St. Antoine. Le mur de surélévation avec parties en claire-voie est imaginé en brique de terre cuite, matériaux de prédilection de la Rome antique.